Chandâla, l’impur…

Un plagiat de Roméo et Juliette de William Shakespeare par le théâtre Indianostrum.

 

 

Dans la belle Inde où se tient notre scène
vit un très vieux démon qui ne se nourrit que de haine
Assis sur son trône vernis de sacré
il a divisé le monde en quatre couleurs :

« Au sommet de la pureté se trouvent les Brahmanes, au-dessous d’eux les Ksatriya, les guerriers,
puis les Vaisya, les marchands, enfin les Sûdras , les serviteurs. Il faudrait ajouter comme cinquième
catégorie ceux qui sont totalement impurs à toucher, les chandalas. Ils sont exclus de tout car
susceptibles de polluer la pureté des lieux, de l’air, des objets, des autres,… »

face à ce démon éternel
un ange pas plus grand qu’un papillon
agile de ses ailes, le harcèle de ses flèches
C’est Kama ou Cupidon, c’est selon
Ce soir nous allons offrir à l’insatiable appétit du monstre
deux amants mythiques : Roméo et Juliette
rebaptisés Jack et Janani
La mort d’innombrables amants n’a jamais
enterré en leur tombeau la haine des castes…
car l’habile monstre se brisant en morceaux
vit terré dans les cœurs des hommes
Pendant trois heures, nous le jouerons dans ce cinéma
si vous nous prêtez une oreille de patient
nous ferons couler l’amour jusqu’à votre cœur
pour en extirper la part du monstre…
et
notre zèle remplira le vide d’Anantha*
*Selon le Natyasastra, le plus ancien des traités de théâtre qui dicte les règles de l’art dramatique
avec comme objectif final, l’état d’Anantha (félicité) impliquant une fin heureuse pour toues les
pièces de théâtre.

Project details